Le château historique

Au bas de la colline où se situe l’actuel château de Vaulx, se trouvent les vestiges de l’ancien château ; bâtiment rectangulaire qu’une baie en arc brisé a permis d’identifier comme l’ancienne chapelle castrale.

Selon Courtepée, le fief aurait appartenu à une famille Choiseul (dont la déformation du nom aurait donné « Chizeuil »), mais un historien local, J. Rondet, auteur d’un ouvrage sur le canton de Charolles, donne une autre version de l’histoire de ce fief. Les deux se rejoignent au XVe siècle, où le fief passe aux Damas d’Anlezy et de Thianges.

A la révolution, le château est démantelé. Au XIXe siècle, il est reconstruit par la famille Geoffray au sommet de la colline à l’emplacement d’un ancien bâtiment qui daterait du XVIe siècle.

Léon Geoffray

 

Léon Geoffray, né en 1852, mort en 1927, est un diplomate français à l'origine de l'Entente cordiale, puis ambassadeur de France à Madrid.

Léon Marcel Isidore Geoffray est né à Passy (annexé depuis à Paris) le 1er octobre 1852. Son père, Pierre-Joseph Geoffray (1804-1886), propriétaire, est un ancien financier à Lyon où il dirigeait « une maison de soieries des plus importantes ». Sa mère, née Juliette (dite Julie) Joséphine Sauvage de La Martinière, est réputée pour sa piété et sa générosité.

Le jeune Léon et son frère Marcel sont éduqués à Passy par leur mère, avec un précepteur, M. Caillet. Le programme suivi et l'horaire quotidien sont ceux du lycée Louis-le-Grand.

Léon Geoffray effectue ensuite des études de droit, devient docteur en droit en soutenant une thèse sur l'emphytéose, publiée en 1875. Avocat à la cour d'appel de Paris, il choisit d'entrer dans la carrière diplomatique et réussit « brillamment » le concours des Affaires étrangères.

Il est d'abord attaché au service du contentieux au ministère des affaires étrangères en 1877, puis à l'ambassade de Constantinople de 1877 à 1879. Il est de nouveau au service du contentieux au ministère des affaires étrangères, à partir de 1879. Il y gravit les échelons de commis principal en 1883, rédacteur en 1886, secrétaire d'ambassade en 1891, avec effet rétroactif. En 1892-1894, il participe aux travaux de diverses commissions. Il devient la « cheville ouvrière » du contentieux de la direction politique, y résout de nombreuses affaires importantes, et aurait pu en recevoir la direction.

Léon Geoffray est nommé premier conseiller à l'ambassade de Londres, à partir de 1895, avec le grade de secrétaire première classe, puis de ministre plénipotentiaire en 1896. Il y constate un état d'esprit très anti-français ; il en rend compte dans ses rapports, et écrit le 9 août 1898, au moment de l'occupation française de Fachoda :

« On se dit que le Français est l'adversaire-né de l'Angleterre (…) Si bien que, sans désirer un conflit armé avec notre pays, une certaine partie de la nation anglaise s'habitue à l'idée que ce conflit peut éclater un jour, et même qu'il ne saura manquer d'éclater. »

Mais il s'attache passionnément à l'apaisement, et à la réalisation d'une alliance entre l'Angleterre et la France. Pour y parvenir, malgré la crise de Fachoda, il n'hésite pas à faire à plusieurs reprises la navette entre les deux pays pour convaincre à la fois son supérieur hiérarchique Paul Cambon, vite convaincu, son ministre Théophile Delcassé, le gouvernement britannique et le gouvernement français. Il prépare et accompagne les visites respectives d'Édouard VII à Paris, et du président Loubet à Londres. Il participe ainsi activement à la réalisation et au maintien de l'Entente cordiale, signée en 1904.

Lors de son départ de Londres en 1908, Édouard VII lui remet à titre exceptionnel les insignes de Grand Croix de l'Ordre de Victoria, qui n'avaient jamais été remis à un ministre plénipotentiaire. Léon Geoffray part alors pour Le Caire, où il est consul général de 1908 à 1910.

Il est nommé en juillet 1910 ambassadeur de France à Madrid, auprès du roi Alphonse XIII. Il contribue alors à assurer à la France la neutralité de l'Espagne qui repousse les offres de l'Allemagne. Mais en octobre 1917 il est démis de ses fonctions, à la suite de la crise des relations franco-espagnoles.

Léon Geoffray est mort à Paris le 25 décembre 1927. Il est enterré au cimetière de Passy.

Il était propriétaire du château des Vaulx (XVIIe s.) à Saint-Julien-de-Civry en Saône-et-Loire. D’ordonnance régulière, la construction se compose d’un corps de logis rectangulaire flanqué de quatre tours carrées sur la façade principale et d’une tour ronde sur l’autre façade, et relié aux communs transformés en espace résidentiel. Léon Geoffray fit appel au célèbre paysagiste Achille Duchêne vers 1900 pour aménager le parc du château. Très prolifique, Duchêne a localement travaillé à Digoine et au château de la Verrerie (Le Creusot). L’aménagement du parc de Vaulx est particulièrement intéressant, car il consiste en la mise en scène du paysage alentour à travers des perspectives crées par des terrasses ou de grandes allées.

Il avait épousé Louise Marcotte de Quivières, petite-fille de Philippe Marcotte de Quivières, dont il a deux fils : Pierre Geoffray (1884-1975), époux de Marie de Chabaud-Latour, et Edme Geoffray (1886-1926), croix de guerre 1914-1918.

Sa correspondance privée, notamment avec Lyautey, a été préemptée en 1994 par le ministère des Affaires étrangères.

 

Sources : Les châteaux en Charollais-Brionnais et Wikipedia.

0
0
0
s2sdefault

Notre note Tripadvisor

sawdays guide  tripadvisor2017 2 routardbonne table2Le Figaro Magazine

Ce qu'ils en pensent | What they think

Maravilloso

Hospedarnos en el chateau fue uno de los mejores momentos de nuestro viaje por Francia. El castillo, las habitaciones, la cocina, Marty (el dueño y anfitrión), los jardines, el paisaje, son realmente únicos. Es fácil de llegar en auto. El pueblito cercano no tiene grandes atracciones pero es muy agradable y realmente vale la pena acercarse o incluso desviarse solamente para pasar unos días en un lugar tan especial como es el castillo.

www.tripadvisor.com, L, Argentine, 30 juin 2013

0
0
0
s2sdefault

What a find this place was!

We loved the Chateau de Vaulx. Located in the Charolais-Brionnais region of France, this wonderfully funky chateau is a perfect place for a romantic getaway. Still in the process of being restored, the available rooms are very large and clean with wonderfully updated bath facilities. We stayed in "La chambre Duchêne" which was very nice. Marty, the host and co-owner, is delightful and so willing to

explain the history of the Chateau and the restoration process. The scenery from the grounds was breathtaking, even on a rainy spring day. We would also recommend table d'hôtes -- Marty is an excellent cook -- with dinner served in the dining room with other guests. We thoroughly enjoyed sharing our meal with a delightful Dutch family. Breakfast is also served in the dining room and was very good.

www.tripadvisor.com, Gold Beach, Oregon, 20 juillet 2008

0
0
0
s2sdefault

L'équilibre entre tradition et modernité

Alle Zimmer sind stilvoll, aber ohne Hang zur Perfektion renoviert - der Spagat zwischen Tradition und Moderne ist den Schloßbesitzern perfekt gelungen. Man fühlt sich wie bei guten Freunden zu Hause.

Toutes les chambres sont élégantes, mais rénové sans excès de perfection – les propriétaires du château ayant parfaitement réussi l'équilibre entre tradition et modernité. On se sent comme à la maison avec de bons amis.

Neue Zürcher Zeitung, die schönen Seiten, octobre 2010



Lire l'article

0
0
0
s2sdefault

Contact

Château de Vaulx
71800 Saint-Julien-de-Civry, France

E-mail : barry@chateaudevaulx.com Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone : +33 7 88 34 84 94

Qui est en ligne ?

Nous avons 34 invités et aucun membre en ligne

Newsletter

Aimeriez-vous être informé/e de nos activités et de nos séjours à thème ? Inscrivez-vous ! Promis, on ne vous noiera pas sous les messages.
captcha